Biologie

 

L'apron est un poisson rare et typique du bassin du Rhône, qui vit dans les eaux claires et oxygénées à fond de graviers.

La reproduction a lieu en mars-avril sur les pierres ou la végétation des eaux fraiches et peu profondes.

L'incubation des 5000 à 6000 oeufs dure 30 à 35 jours. L'alevin présente successivement deux modes de vie : il est d'abord pélagique en surface, puis il gagne le fond lorsqu'il atteint la taille de 2 cm à 2,5 cm. L'adulte, solitaire, est tapi au fond durant la journée et sort au crépuscule en quête de nourriture.

C'est un poisson de taille moyenne de 15 à 20 cm, qui aime aussi bien des rivières à faible pente, que des grands cours d'eau à lit de graviers charriés. Il occupe une zone de rivière réduite, entre le domaine des salmonidés (1ère catégorie) et celui des carnassiers tels le brochet et la perche.

L'étude de l'apron dans son milieu s'est développée avec la mise au point d'une technique particulière de repérage nocturne. On profite d'une caractéristique de l'il de ce poisson qui réfléchit la lumière : par temps calme et eau claire, une ou deux perles brillantes révèlent la position d'un apron dans le faisceau d'une lampe frontale...L'approche est facile et il ne reste plus alors qu'à le capturer avec une épuisette. Le poisson est très placide, se laissant manipuler et mesurer aisément.

De jour, seuls les plus gros individus sont accessibles à des observations subaquatiques. Ils sont posés sur le fond, à découvert, sûrs de leur camouflage et indifférents à l'agitation des baigneurs et des canoës. D'une année sur l'autre, on identifie, à la forme typique de ses bandes sombres, le fidèle occupant d'un poste.

L'apron est un solitaire, très attaché à son territoire. On ne trouve jamais deux individus côte à côte, même quand ils se déplacent la nuit. Ils semblent se répartir dans la rivière en s'éloignant le plus possible les uns des autres.

Lors de la période de reproduction, ils ne sont plus sur leurs emplacements habituels mais rassemblés en petits groupes de 5 à 8 géniteurs sur les radiers. Tout se passe comme si les géniteurs dérivaient pour se rencontrer sur une zone rapide à l'aval de leurs territoires respectifs. Leur comportement change alors totalement : déplacement vif, sensibilité à la lumière, ... La parade nuptiale est assez longue. Les ufs collants sont éparpillés sur les cailloux et ne semblent pas protégés par les parents.

Les alevins ne vivent pas en banc ; dès la taille de 3 cm on les observe soit isolés dans un banc de jeunes goujons, vairons, ... soit tolérés à 2 ou 3 dans l'entourage d'un apron adulte.

Retour sommaire